Final declaration of International Conference on Peasants’ Rights

Sunday 6 July 2008 by LRAN

In the 60th anniversary of the Universal Declaration of Human Rights, we peasants demand our own convention

Jakarta, 24 June 2008

We, the delegates of the small farmers, women and men, of the International movement La Via Campesina, coming from 26 different countries attended from 20 to 24 of June 2008 the International Conference on Peasant Rights in Jakarta, Indonesia. After seven years of intense discussions on the content and strategies, our spirits are high and full of confidence that we will achieve a UN convention on peasant rights. This convention will be one cornerstone to sustainable life for all human beings in our planet.

We peasants, women and men, landless people, agricultural workers, small -and medium-scale farmers, indigenous people and rural youth, represent almost half of the world population and are the backbone of the food systems. The food crisis shows us the massive and systematic violations of peasant rights.

We are being increasingly and violently expelled from our lands and alienated from our sources of livelihoods. Mega development projects such as big plantations for agro-fuels, large dams, infrastructure projects, industrial expansion, extractive industry and tourism have forcibly displaced our communities, and destroyed our lives. Many armed conflicts and wars are occurring in rural areas. Land grabbing and destruction of harvest are often being used as weapon against civilian rural population.

We can not earn an income which allows us to live in dignity. A mix of national policies and international framework conditions are responsible for driving us to extinction. Noteworthy among these policies are the processes of privatization of land, which have led to a re-concentration of land ownership; the dismantling of rural public services and those that supported production and commercialization by small and medium producers; the fostering of highly capitalized and high-inputs agro-exportation; the push toward the liberalization of agricultural trade and toward policies of food security based on international commerce.

In many countries, we are losing our seeds at great speed, our agricultural knowledge is disappearing and we are being forced to buy seeds from TNCs in order to increase their profits. These companies are creating GMOs and mono culture crops with the loss of many species and biodiversity in general.

In addition, we women peasants suffer from double marginalization: as peasants and as women. The responsibility of looking after the family is in our hands and the shortage and uncertainty of health care and education for the children make us work long hours for low wages. Women who work as laborers in the fields are being forced to use chemical fertilizers and are therefore at high risk for their health.

Moreover, violent oppression is a daily experience for us. Thousands of peasant leaders are arbitrarily arrested, detained, terrorized, tortured, killed and being criminalized because they were fighting for their rights. We women peasants also suffer violence at the hands of our husbands, partners, or employers. Such violence can be physical or mental and even life threatening.

We have inherit a long history of peasant’s struggles defending our rights. The Universal Declaration of Human Rights (UDHR) and the main human rights treaties are important instruments in our contemporary struggles. Nevertheless, we feel as other oppressed groups such as indigenous peoples, and women, that time has come to fully spell out our distinct individual and collective rights. It is time for food sovereignty. There are major gaps in the interpretation and implementation of the main human rights treaties when applied to peasants. Moreover, we face patterns of violations of our rights, by the crimes committed by TNCs and by Free-Trade Agreements (FTAs). In order to address these patterns of violations, we need specific provisions and mechanisms to fully protect our rights.

A future Convention on Peasant Rights will contain the values of the rights of peasants-and should particularly strengthen the rights of women peasants-which will have to be respected, protected and fulfilled by governments and international institutions.

For that purpose, we commit ourselves to develop a multi-level strategy working simultaneously at the national, regional and international level for raising awareness, mobilizing support and building alliances with not only peasants, but rural workers, migrant workers, pastoralists, indigenous peoples, fisher folks, environmentalists, women, legal experts, human rights, youth, faith-based, urban and consumers organizations as well.

We will also seek the support of governments, parliaments and human rights institutions for developing the convention on peasant rights. We call FAO and IFAD to uphold their mandates by contributing to the protection of peasant rights. We ask FAO’s department of legal affairs to compile all FAO instruments protecting peasant rights as a first step towards this purpose. We will bring our declaration on peasant rights to the UN Human Rights Council.

In the light of the threats posed by the current neoliberal-capitalist attack on local food systems and peasants, we call on all the people to join hands for the sake of humankind.

We call all our members and allies to rallying for our Convention on Peasant Rights the next 10th of December, on the 60th anniversary of the UDHR.

Globalize the struggle, Globalize the hope!


Déclaration finale de la Conférence internationale sur les Droits Paysans

Pour le 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, nous, paysans, demandons notre propre Convention.

Djakarta, le 24 juin 2008

Nous, délégués représentants les petits paysans et paysannes du mouvement international La Via Campesina, venus de 26 pays, nous sommes réunis à Djakarta, en Indonésie, du 20 au 24 juin 2008, à l’occasion de la Conférence internationale sur les Droits Paysans. Après sept années de discussion soutenue tant sur le contenu que sur les stratégies, c’est avec sérénité et confiance que nous augurons la réalisation prochaine d’une Convention des Nations Unies sur les Droits Paysans. Cette Convention sera la pierre angulaire d’un mode de vie durable pour l’ensemble des habitants de la planète.

Nous, paysans et paysannes, sans-terre, travailleurs agricoles, agriculteurs de petite et moyenne échelle, peuples indigènes et jeunes ruraux, représentons près de la moitié de la population mondiale et sommes la colonne vertébrale des systèmes alimentaires. La crise alimentaire a mis en évidence les violations massives et systématiques des droits des paysans.

Nous sommes expulsés violemment, et de plus en plus fréquemment, de nos terres et dépossédés de nos moyens d’existence. Les « méga » projets de développement, tels les grandes plantations destinées à la production d’agro-carburants, les grands barrages, les infrastructures, le développement industriel, celui de l’industrie extractive et du tourisme ont déplacé de force nos communautés et détruit nos vies. Plusieurs conflits armés et guerres se déroulent au c¦ur des zones rurales. La saisie des terres et la destruction des récoltes sont souvent utilisées comme une arme à l’encontre de la population civile rurale.

Nous n’arrivons plus à avoir un revenu qui nous permette de vivre dignement. Politiques nationales et conditions imposées dans le cadre international nous mènent à l’extinction. Sont particulièrement notables parmi ces politiques : les processus de privatisation des terres, qui ont conduit à une re-concentration de la propriété foncière ; le démantèlement des services publics en milieu rural et de ceux venant soutenir la production et la commercialisation par des petits et moyens producteurs ; l’incitation des productions destinées à l’agro-exportation exigeantes en capitaux et en intrants ; la poursuite de la libéralisation du commerce agricole et de politiques de sécurité alimentaire basées sur le commerce international.

Dans nombre de pays, la dépossession de nos semences s’accélère, notre savoir agricole disparaît et nous sommes forcés d’acheter des semences aux sociétés transnationales pour qu’elles augmentent leurs profits. Ces entreprises créent des OGM et des semences destinées aux monocultures, conduisant à la perte de nombreuses espèces et à la diminution de la biodiversité en général.

Par ailleurs, nous, paysannes, souffrons d’une double marginalisation : en tant que productrices et en tant que femmes. La responsabilité de s’occuper de la famille nous incombe ; le manque et la précarité des services de soins et d’éducation pour les enfants nous conduisent à travailler de longues heures pour de faibles salaires. Les femmes qui travaillent comme man¦uvres dans les champs sont forcées d’utiliser des engrais chimiques et sont par conséquent exposées à un risque élevé pour leur santé.

Qui plus est, nous expérimentons quotidiennement de violentes formes d’oppression. Des centaines de leaders paysans sont arbitrairement arrêtés, détenus, terrorisés, torturés, tués et criminalisés parce qu’ils luttent pour leurs droits. Nous, paysannes, subissons également la violence de nos maris, compagnons ou employeurs. Cette violence peut être tant physique que psychologique et menace parfois nos vies.

Nous sommes les héritiers d’une longue histoire de luttes paysannes pour la défense de nos droits. La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et les principaux traités relatifs aux droits humains sont des instruments majeurs de nos luttes contemporaines. Néanmoins, nous ressentons, à l’image d’autres groupes oppressés comme les peuples indigènes et les femmes, que le temps est venu d’expliciter clairement quels sont nos droits tant individuels que collectifs. Le temps de la souveraineté alimentaires est arrivé. Il y a des manquements majeurs dans l’interprétation et la mise en ¦uvre des principaux traités relatifs aux droits humains lorsqu’ils sont appliqués aux paysans. De plus, nous faisons face à des exemples spécifiques de violations de nos droits, par les crimes commis par les sociétés transnationales et pour les accords de libre-échange. Afin de répondre à ces types de violation, nous avons besoin de dispositions et de mécanismes spécifiques nous permettant de protéger effectivement nos droits.

Une future Convention sur les Droits Paysans comportera les valeurs spécifiques aux droits paysans - et devrait particulièrement renforcer les droits des paysannes - qui devront être respectés, protégés et réalisés par les gouvernements et les institutions internationales.

A cet effet, nous nous sommes impliqués pour développer une stratégie à plusieurs échelles, travaillant simultanément aux niveaux national, régional et international, afin d’accentuer la prise de conscience, de mobiliser les soutiens et de créer des alliances non seulement avec les paysans mais aussi avec les travailleurs ruraux, les travailleurs migrants, les pasteurs, les peuples indigènes, les pêcheurs, les environnementalistes, les femmes, les experts juridiques, les experts en matière de droits humains, les jeunes, les organisations religieuses, urbaines et de consommateursŠ

Nous chercherons également l’appui de gouvernements, de parlements, d’institutions de défense des droits humains pour développer cette Convention sur les Droits Paysans. Nous appelons la FAO et le FIDA à conserver leurs mandats en contribuant à la protection des droits paysans. Nous demandons au département des affaires juridiques de la FAO de recenser tous les instruments de la FAO utiles à la protection des droits paysans, comme premier pas allant en ce sens. Nous porterons notre Déclaration sur les Droits Paysans auprès du Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies.

A la lumière des menaces que font peser les attaques actuelles du modèle néo-libéral et capitaliste sur les paysans et les systèmes alimentaires locaux, nous appelons tous les peuples à se rassembler pour l’avenir de l’humanité.

Nous appelons tous nos membres et nos alliés à rejoindre notre Convention sur les Droits Paysans, le 10 décembre prochain, à l’occasion du 60ème anniversaire de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Globalisons la lutte, globalisons l’espoir !

Home | Contact | Site Map | | icone statistiques visites | info visites 953911

Follow site activity en  Follow site activity L R A N  Follow site activity Social Movements   ?

Site powered by SPIP 3.0.20 + AHUNTSIC

Creative Commons License